25 août 2008

DE RIOBAMBA (suite)

Dimanche 24 août:           

            On se lève à 5 h du matin, mais la nuit a été coupée par des coups de pétards et, il y a peu, un orchestre s'est déchaîné dans la rue... A 5 h du matin, faut le faire. A 5 h 45 nous atteignons la gare et déjà des gens, des touristes sont là, car les bonnes places sont chères sur le toit des wagons. On va ainsi passer presque toute la journée perché sur ces toits dans le bon air des Andes. Ce train est très folklo et ce circuit est un incontournable d'une visite de l'Équateur. Bientôt, plus de 200 personnes s'accrochent aux barres des wagons. Il fait assez froid et tout le monde a revêtu anorak, pull, bonnets et a enfilé des gants.

DSCF8867

            

             A 7 h, c'est avec un grand coup de sirène que le train démarre. Les passants et les chauffeurs de véhicules font des grands au revoir. Il en sera ainsi tout le long des plus de 100 km qui séparent Riobamba d'Alausi. Malheureusement, le ciel n'est pas dégagé parfaitement et on ne voit pas le volcan Chimborazo. On traverse de beaux paysages ou on observe la vie des villages et des habitants. Ceux ci nous font des bonjours, les enfants surtout qui attendent qu'on leur envoie des sucettes... Quelques arrêts pour les pipis, le ravitaillement, tout cela dans une ambiance bien sympa.

DSCF3344

            

            Vers midi, nous arrivons à Alausi où nous retrouvons Fabrice sur le quai, très déçu de n'avoir su que ce matin que la liaison Riobamba-Alausi a été rétablie. Nous le revoyons donc encore une fois, mais cette fois nous pensons que c'est la dernière. Commence alors la grande descente vers le fond de la vallée où le train est obligé de reculer pour pouvoir descendre des virages en épingle à cheveux. Tout au fond de la vallée c'est la fin du circuit.

DSCF3356           DSCF8884


            On remonte alors à Alausi mais, à 20 minutes de l'arrivée, 2 wagons déraillent. Cela fait un bruit effrayant et quand on voit les précipices que l'on longe, il y a de quoi avoir des sueurs froides. Les falaises sont raides et le train passe à ras des pentes. Il ne faut pas avoir le vertige et faire confiance aux hommes qui conduisent la machine... Ils ont d'ailleurs réussi à remettre les wagons sur les rails après une demi heure de travail. Bref, on arrive tout de même à bon port à Alausi. De là un bus nous ramène vers 17 h a Riobamba et nous regagnons à pied notre hôtel avec la tête pleine d'images de cette journée. Repos, douche et en soirée on va en ville pour aller nous remettre de ces émotions. En tout cas, c'est un voyage à faire........

Posté par mounyetpapyluc 2 à 02:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur DE RIOBAMBA (suite)

Nouveau commentaire